Aller au contenu principal
L’East River sépare Brooklyn de Manhattan, deux arrondissements reliés par plusieurs ponts. © 2017. HARVARD BUSINESS SCHOOL PUBLISHING. DISTRIBUÉ PAR NEW YORK TIMES SYNDICATE / PHOTO: ISTOCKPHOTO

Un long week-end à Brooklyn

L’arrondissement le plus peuplé de New York a connu bien des bouleversements, mais conserve son caractère unique et sa splendide architecture.

Ces dernières décennies, Brooklyn a connu bien des bouleversements. Mais son caractère fait de turbulences et de splendides architectures survit au sud de Williamsburg. Exit les dockers et l’industrie lourde: les vieilles barges fluviales expérimentent une seconde vie,

théâtres de manifestations artistiques peu conventionnelles, et un appontement commercial s’est mué en parc public qui attire les familles de tout le quartier. Plusieurs projets prestigieux ont chamboulé des zones entières du centre de Brooklyn, à l’instar de l’ancien Brooklyn Navy Yard, devenu parc industriel pour des industries alimentaires haut de gamme et des studios de cinéma, et le Barclays Center, où se concentrent les événements musicaux et sportifs.


Vendredi

16h30 Sur les quais

A l’abri dans un écrin de verre avec vue sur la skyline, Jane’s Carousel tourne toute l’année.
A l’abri dans un écrin de verre avec vue sur la skyline, Jane’s Carousel tourne toute l’année. © DISTRIBUÉ PAR NEW YORK TIMES SYNDICATE / HARVARD BUSINESS SCHOOL PUBLISHING.

Pour une arrivée spectaculaire à Brooklyn au départ de Midtown, prenez l’East River Ferry (6 dollars le week- end) qui longe les rives du Queens et le nord de Brooklyn, avant de débarquer ses passagers au Brooklyn Bridge Park, dans le quartier de Dumbo. Ensuite, faites un tour sur un cheval de bois magnifiquement restauré et aux couleurs vives: à l’abri d’un quadrilatère de verre avec vue sur la skyline, Jane’s Carousel (2 dollars) tourne toute l’année et il est allumé la nuit, créant durant les tempêtes hivernales l’effet d’une boule à neige renversée. Longez le fil de l’eau à travers Main Street Park jusqu’à Brooklyn Roasting Company, un espace indus- triel décoré de mappemondes, de bouquins et de vieux disques vinyle.

17h30 Faites-vous allumer

Le pont de Manhattan reste un grand classique pour tous les amateurs de selfies.
Le pont de Manhattan reste un grand classique pour tous les amateurs de selfies. © DISTRIBUÉ PAR NEW YORK TIMES SYNDICAT / HARVARD BUSINESS SCHOOL PUBLISHING.

Un ancien district d’entrepôts, Dumbo (pour Down Under the Manhattan Bridge Overpass), abrite quelques- unes des librairies et galeries d’art les plus courues de Brooklyn. Il y a chaque premier jeudi du mois une visite guidée des galeries. Mais vous pouvez établir votre parcours vous-même en jetant un coup d’œil sur la liste Art in Dumbo (artindumbo.com). Ne manquez pas la Powerhouse Arena, librairie et espace de manifestations, qui accueille des lectures par des auteurs tels que Salman Rushdie, Anthony Bourdain et Joyce Carol Oates et qui propose un beau coin de lecture pour les enfants.

19h30 Vivez la musique

Amarrée à l’un des piliers du Brooklyn Bridge, la Bargemusic est une ancienne barge à café mise à l’eau il y a 118 ans, transformée en salle de concert flottante. Elle fête cette année ses 40 ans d’activité. Elle propose pas moins de 200 concerts de musique de chambre chaque année, les billets coûtent en principe autour de 35 dollars. Les samedis dès 16h00, concerts familiaux gratuits à l’enseigne de «Music in Motion».

22h00 A New York uniquement

A New York City, on déguste des repas tellement excep- tionnels que vous ne les trouverez nulle part ailleurs. La Vara en fait partie. Dans un modeste bloc résidentiel de grès rouge sur Cobble Hill, le couple Eder Montero et Alex Raij propose une cuisine régionale qui célèbre les deux influences historique et culturelle de l’Espagne, celle des Juifs et celle des Maures venus d’Afrique du Nord. La carte énumère des plats tels que le «pincho de ceuta», des cœurs de poulet grillés garnis de salade fraîche à la vinaigrette de citron vert et de datte (13 dol- lars), et du cochon de lait croustillant en cuisson lente avec une sauce aux coings et aux pétales de rose et du chimichurri (30 dollars).

Minuit Ambiance rock’n’roll

le Hank’s Saloon, vieux de cent ans et toujours très rock’n’roll.
le Hank’s Saloon, vieux de cent ans et toujours très rock’n’roll. © DISTRIBUÉ PAR NEW YORK TIMES SYNDICATE / HARVARD BUSINESS SCHOOL PUBLISHING.

Pour un dernier verre, empruntez les ruelles de Brooklyn jusqu’au Hank’s Saloon, un boui-boui vieux de cent ans avec un bar en bois poisseux, un plafond décoré d’éclairages de Noël et de bruyants groupes de rock’n’roll jouant pour des cachets très modestes. Pour quelque chose de plus élégant, essayez Littlefield, un espace artistique situé dans un entrepôt de textiles de près de 2000 mètres carrés de Gowanus. On y tombe sur des acteurs de théâtre réputés tels que Wyatt Cenac, du karaoké avec orchestre live et une carte de cocktails réalisés par le mixologiste Tona Palomino, du restaurant WD-50 de Wylie Dufresne, qui a fermé en 2014.


Samedi

11h00 Boutiques et brunch

Prenez le train 2, 3 ou 4 jusqu’à l’arrêt Brooklyn Museum et marchez jusqu’au Crownside (anciennement Bar Corvo), le restaurant jumeau du très couru Al Di La Trattoria de Park Slope. Il a été récemment rénové et a rouvert fin février. Sous la véranda chauffée, goûtez le toast à l’avocat avec des carottes en saumure, de la coriandre, un aïoli au piment jalapeño et un œuf poché. Ou alors une brioche de poulet frit au miel épicé et cor- nichons. Ensuite, faites votre lèche-vitrines sur Washington Avenue et Vanderbilt Avenue, deux des limites de Prospect Heights.

15h00 Skate City

Empruntez la ligne Q jusqu’à l’arrêt Prospect Park et descendez jusqu’au hangar à bateaux de style Beaux-arts 1905, sur la rive est du lac. Le LeFrak Center voisin, à Lakeside, qui constitue l’ajout le plus ambitieux au parc depuis 150 ans, a été inauguré en 2013. On y pratique le patin à glace en hiver (de 6 à 9 dollars, plus 6 dollars pour louer des patins), le curling et le broomball (ballon-balai). Les vendredis soir de mai à octobre, Lola Star’s Dreamland Roller Disco procure des soirées glamour de style années 1970 et 80 avec ses shows sur patins à roulettes dédiés à des stars comme Prince, Madonna et David Bowie. Le projet Lakeside, devisé à 74 millions de dollars et qui s’étend sur 100000 mètres carrés com- prend aussi une location de bateaux, une autre de qua- dricycles à pédales d’une capacité de trois adultes et deux enfants (25 dollars l’heure), ainsi que des jeux d’eau pour les enfants.

17h30 Balade dans le parc

Acheminez-vous ensuite vers Ditmas Park pour un dîner au ravissant restaurant autrichien Werkstatt. Les plats sont excellents, modernes sans être savants. Et la happy hour de 17h00 à 19h00 ouvre ses bras à tout le monde. En cours de route, assurez-vous de passer par les rues secondaires pour admirer les belles vieilles maisons de maître. Pour boire un verre avant la prochaine étape, allez au Lodge, une tente chauffée qui sert aussi à man- ger, au Sycamore Bar & Flower Shop, sur l’allée principale de Ditmas Park, Cortelyou Road.

20h00 Le King de Flatbush

Naguère l’un des cinq Loew’s Wonder Theaters, le grand Kings Theater en plein cœur de Flatbush, est un superbe espace de performances qui rappelle l’Avalon Theater de Catalina Island, en Californie. Magnifiquement restauré, il se distingue par un plafond en nid-d’abeilles, de spectaculaires draperies de velours rouge et plein de moulages ornementaux. Cette restauration à 95 millions de dollars est tellement généreuse que l’on pardonnera aisément au badaud de se concentrer davantage sur le décor que sur les remarquables artistes qui s’y produisent, parmi lesquels, récemment, Bon Iver, R. Kelly et John Prine.


Dimanche

08h00 A la russe et coréenne

Sortez du train Q à Neck Road et parcourez trois pâtés de maisons jusqu’aux Bains russes de Brooklyn, où vous pourrez transpirer dans un sauna russe ou un bain turc. Ou même vous faire frapper à l’occasion d’un traitement spécial où un employé vous assène des coups à l’aide d’une gerbe de rameaux de chêne mouillés, ce qui est censé vous libérer de vos toxines (entrée: 45 dollars). Pour le repas de midi, reprenez la ligne Q jusqu’à Brighton Beach, au petit café At Your Mother-in-Law, qui ouvre à 11 heures du matin. L’établissement familial propose des recettes traditionnelles des Ouzbeks coréens, mêlant d’une manière à la fois fascinante et délicieuse deux traditions culinaires.

12h30 La vie sur l’île

Même en basse saison, quand il est fermé, Coney Island demeure un lieu de séduction. On y voit de vieux mes- sieurs assis torse nu le long des trottoirs, en train de bronzer à des températures aussi fraîches que toni- fiantes. A une rue de distance de la plage, Coney Island Brewing rend hommage à ce spectacle de rue en expo- sant les tatouages de ces sirènes et ceux des «ours blancs», ceux qui vont nager toute l’année. Pour d’autres attractions plus tempérées, voyez le New York Aquarium (entrée 11,95 dollars) qui a rouvert ses portes après une inondation due à l’ouragan Sandy et le Coney Island Museum (5 dollars l’entrée) qui rend hommage à l’héri- tage pop art de Brooklyn Beach et qui est l’œuvre de Coney Island U.S.A., l’organisateur de la flamboyante Mermaid Parade en juin.