Aller au contenu principal
Christophe Paris, directeur de Valentine Fabrique, a fait appel en 2017 aux coachs de Platinn, qui l’ont aidé à optimiser sa production et à développer les ventes à l’étranger. © DR

Le canton de Vaud aide les PME à innover

La promotion économique vaudoise dispose de plusieurs programmes d’aide aux entreprises innovantes. Le soutien d’Innovaud et du SPEI passe notamment par du coaching, de la mise en relation avec des partenaires, mais aussi par l’octroi de soutiens financiers directs. Toutes ces aides profitent directement aux PME vaudoises.

L’innovation est indispensable aujourd’hui pour rester compétitif dans un monde de plus en plus globalisé. Conscient de cette réalité, l’Etat de Vaud en a fait un thème central pour assurer la prospérité du tissu économique régional. Pour le canton, innover est d’autant plus stratégique en raison des secteurs forts de son économie, notamment les technologies de pointe, l’horlogerie, l’agroalimentaire, le biomédical, les technologies du numérique, l’aérospatial et le tourisme.

Dans cet écosystème, les PME vaudoises développent des savoir-faire à haute valeur ajoutée. «Parce qu’elles représentent l’essentiel du tissu économique vaudois, les PME sont, autant que les start-up, au cœur de nos stratégies d’aide et de promotion», souligne Patrick Barbey, directeur d’Innovaud.

Récemment, les spécificités de l’innovation vaudoise ont fait l’objet d’une étude, vaudinnove.ch, menée par Innovaud, la BCV et la CVCI et rendue publique en septembre 2019. Pour aider ses entreprises, le canton de Vaud s’est en effet doté d’un solide dispositif de soutien à l’innovation. Dans ce cadre, le Service de la promotion de l’économie et de l’innovation (SPEI) et Innovaud travaillent main dans la main pour accompagner et orienter les PME actives prioritairement dans les sciences de la vie, l’industrie de précision, les cleantechs et les technologies de l’information et de la communication (TIC).

Coaching gratuit

Innovaud aide à activer les soutiens financiers de la promotion économique. Elle donne également accès à différents réseaux de coachs accrédités pouvant intervenir sans frais pour l’entreprise. L’un des réseaux les plus importants pour les PME est certainement Platinn, qui leur met à disposition 68 coachs en Suisse romande, dont 11 dans le canton de Vaud. «Tous les coachings Platinn sont d’abord validés par Innovaud, qui rencontre pour ce faire chaque entreprise en amont et évalue ses besoins», glisse Patrick Barbey. En 2019, l’agence vaudoise a rencontré 363 entreprises différentes. Quelque 155 coachings Platinn en ont résulté, sur des thématiques comme la stratégie et le modèle d’affaires, les partenariats, l’organisation ou les aspects de financement.

Etablie à Romanel-sur-Morges, la PME familiale Valentine Fabrique développe depuis 1953 des friteuses professionnelles vendues aussi en Europe. «Tout est fabriqué chez nous, mais cela implique des salaires qui sont en comparaison européenne plus élevés, ce qui implique à la fin un produit se situant dans la partie supérieure des prix», explique Christophe Paris, directeur de la société. Pour se démarquer, il faut donc jouer la carte de la qualité, proposer des modèles innovants et un très bon service après-vente. Afin d’assurer l’avenir, le directeur a fait appel depuis 2017 aux services de Platinn. Deux axes de travail ont été ouverts: l’optimisation de la production (grâce à la méthode Kanban) et le développement des ventes en Allemagne, aux Etats-Unis et au Canada. «Pour le tissu économique local, une aide de la sorte est primordiale. Avoir quelqu’un en appui qui vient de l’extérieur a été un apport essentiel pour notre développement», témoigne Christophe Paris.

Mise en réseau des compétences

En plus de cet accompagnement personnalisé, les PME peuvent également bénéficier des outils de communication fournis par Innovaud. Il peut s’agir d’articles et de vidéos promotionnels, mais aussi de newsletters ou d’événements (comme Forward ou la Journée de l’industrie). Les entreprises bénéficient en outre de mise en relation avec des clients ou fournisseurs potentiels, pour échanger de manière informelle ou pour lancer des relations d’affaires plus concrètes. «Grâce à nos contacts, nous pouvons offrir une interconnexion rapide avec le bon partenaire pour accélérer l’innovation et donner accès à un dense réseau d’organismes régionaux de promotion, comme Promove, Lausanne Région ou l’ADNV, ainsi qu’à l’écosystème des entreprises innovantes de la région», note Patrick Barbey.

Ce maillage de mise en relation est complété par le programme Alliance, dont l’objectif est de «tisser des liens entre les entreprises et les laboratoires dans le but d’intensifier les transferts de technologies, au double bénéfice des entrepreneurs et des chercheurs». Plus de 6000 scientifiques des hautes écoles et des hôpitaux universitaires font partie du réseau. Ce dernier s’adresse particulièrement aux PME investissant les domaines d’excellence des hautes écoles partenaires (micro- et nanotechnologies, TIC, ingénierie, cleantech, medtech, technologie et sciences des matériaux). Les conseillers technologiques spécialisés d’Alliance peuvent aussi offrir leur aide pour ficeler un projet Innosuisse, par exemple, avec un taux de réussite de près de 70% sur les cinq dernières années.

Le fabricant de matelas Elite a noué des partenariats avec les hautes écoles.  © DR

L’entreprise vaudoise Elite, fabricant de matelas depuis 1895, a récemment bénéficié de ces réseaux pour trouver une parade inédite à la concurrence européenne. Après plusieurs années de recherche et développement, la société, qui manufacture ses matelas et ses lits de manière artisanale avec des produits naturels, a lancé une solution de location de lits/matelas à la nuitée baptisée Smart Lease. François Pugliese, son directeur, se réjouit du soutien donné par Innovaud et le SPEI: «Ce sont des accélérateurs d’innovation. Ils nous permettent de créer des partenariats avec les hautes écoles et autres instituts de recherche dans le canton et plus largement en Suisse. Le tissu académique et les acteurs économiques sont très denses dans le domaine de l’innovation et de la recherche appliquée. Pour une entreprise, il peut être parfois difficile de s’y retrouver: grâce à ces plateformes, les accès sont facilités et permettent de créer des connexions entre les entreprises.»

Le SPEI propose en outre diverses aides financières aux PME et start-up vaudoises actives dans l’industrie et les technologies de pointe. Les montants octroyés (pour le développement de projets innovants) peuvent s’élever jusqu’à 50 000 francs par année civile et 100 000 francs pour une période de cinq ans à compter de la date d’octroi de la première aide. «Ces montants ont pour objectif de soulager les PME lors des différentes phases d’évolution d’un projet, qui vont du développement d’une technologie à la création d’un produit, puis à sa commercialisation», explique Raphaël Conz, responsable de l’Unité Entreprises au SPEI.

Soutiens financiers et cautionnement

A cela s’ajoutent divers soutiens spécifiques, par exemple pour la formation des collaborateurs. Dans ce cas, le montant octroyé s’élève au maximum à 50% du revenu brut de l’employé pendant la durée de la formation et est plafonné à 15 000 francs. Environ 600 projets sont soutenus chaque année pour un montant de soutien qui dépasse 5 millions de francs, répartis entre des start-up (60%) et des PME (40%).

Les PME peuvent également bénéficier du soutien de Cautionnement romand, visant à faciliter l’accès des entreprises aux crédits bancaires, par exemple pour développer une nouvelle gamme de produits. Depuis juillet 2019, la garantie maximale est de 1 million de francs. En 2018, la CVC, l’antenne vaudoise du Cautionnement romand, a soutenu 75 projets, pour un engagement annuel d’un peu moins de 13 millions de francs. A cela peut s’ajouter le cautionnement du canton via le SPEI, qui couvre jusqu’à 50% des crédits octroyés. Le montant du cautionnement est, en principe, compris entre 500 000 et 5 millions de francs, pour une durée maximale de dix ans.

François Pugliese, directeur d’Elite, relève que les soutiens financiers proposés notamment par le SPEI sont des aides non négligeables «pour les sociétés qui investissent dans l’innovation et créent ainsi de l’emploi dans notre région, ce qui développe l’ensemble de l’écosystème».

>> Lire aussi: Ma PME dans 5 ans? Innover pour durer et "Ne rien changer, c'est se condamner à mourir"