C'est bien connu, le chien est le meilleur ami de l'homme. Depuis la pandémie, son prestige s'est même accru. Selon la base de données nationale Amicus, plus de 40 000 chiens ont conquis les foyers suisses depuis fin 2019.

Mais l'époque du lockdown est désormais révolue. Les entreprises souhaitent que leurs employés reviennent au bureau. Certains hésitent, car ils ne veulent pas laisser leurs compagnons à quatre pattes seuls à la maison.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Interdictions dans les grandes entreprises 

Nous avons interrogé diverses banques et assurances. Toutes, sans exception, interdisent la présence de chiens dans leurs bureaux. Les chiens d'assistance et les chiens d'aveugles font toutefois exception à cette règle.

Les entreprises avancent les mêmes raisons pour justifier cette interdiction. Par égard pour les personnes allergiques aux poils de chien, rapportent par exemple la Banque cantonale de Zurich, Raiffeisen, Helvetia ou Swiss Life.

La CSS, Helvetia et Swiss Life expliquent que cela n'est pas possible en raison de la disposition des postes de travail. Raiffeisen émet des doutes quant à la sécurité, la CSS évoque la question de l'hygiène.

Chez AXA, les chiens sont certes interdits, mais depuis la pandémie, les demandes se sont accumulées, si bien que l’entreprise a prévu une adaptation du règlement intérieur. Quant à Helsana, elle rappelle qu'elle est locataire et que le contrat de location exclut les chiens.

Une association pour les chiens

Markus Beyer connaît bien toutes les raisons évoquées. Il est le président et le fondateur de l'association allemande des chiens de bureau. Son objectif: rendre le chien de bureau présentable ou plutôt adapté au bureau. «Les entreprises veulent des employés en bonne santé. Les employés en bonne santé ont un chien», tel est le calcul simple de ce passionné de chiens.

Depuis l'étude du professeur de management américain Randolph Barker en 2012, les propriétaires de chiens savent que l'ocytocine, l'hormone de l'attachement, est libérée dans leur corps lorsqu'ils caressent leur chien. «Et cette hormone est également libérée chez le chien! C'est pourquoi le chien m'aime et je l'aime. Biochimiquement, nous ne pouvons pas faire autrement», se réjouit Markus Beyer.

Il est également clair que grâce aux chiens, les gens font plus d'exercice. «Il est prouvé que cela réduit le risque d'accident vasculaire cérébral, d'infarctus du myocarde ou d'obésité.»

Interruption du stress

Mais Markus Beyer voit ailleurs la raison la plus importante pour laquelle les chiens améliorent la santé des employés et contribuent à un climat d'entreprise positif: «Les chiens nous interrompent dans ce que nous faisons.»

Il explique: «Nous vivons dans un monde qui évolue rapidement. Plus rien ne peut être planifié, les changements surviennent par à-coups.» Selon lui, notre cerveau est axé sur la prévisibilité, les rituels et les habitudes. C'est pourquoi l'être humain réagit aux changements rapides par le stress et le sentiment de surcharge. Si un chef arrive avec une nouvelle idée, cela nous met directement dans une situation de stress.

La solution pour sortir de cette situation? Le chien qui nous ramène à la réalité. Ou selon les mots de Makus Beyer: «Le chien est une application de rappel sur quatre pattes. Il nous dit: reviens ici et maintenant, ce n'est pas aussi grave que tu peux le croire.»

Quand le patron en costume caresse le chien

Autre argument: les rencontres. «Celui qui se promène en ville avec son chien reçoit nettement plus de sourires ou d'interpellations que celui qui ne fait que regarder son téléphone portable», explique Makus Beyer. Au sein de l'unité économique qu'est l'entreprise, on observe le même phénomène. 

La communication entre les départements fait souvent défaut. On se plaint des types de la vente, des employées ennuyeuses du marketing ou du chef laborieux. Mais dès qu'un chien se trouve dans un service, les gens deviennent plus attentifs. «Si le drôle de chef de service en costume est assis par terre et joue avec le chien, cela le rend humain.» L'animal fait office de pont de communication et brise les préjugés dominants. «Les gens se parlent.»

Mais comment le chien entre-t-il dans le bureau?

En résumé, pour Makus  Beyer, ces avantages sont amplement suffisants pour que les entreprises acceptent les chiens au bureau. Alors pourquoi continuent-elles à résister et à défendre leurs décisions avec les mêmes arguments?

«La compréhension du fait que les chiens favorisent l'ambiance et que les employés sont plus satisfaits grâce à cette distraction n'est pas encore ancrée dans les esprits. Pourtant, ce n'est plus depuis longtemps une question de si, mais de quand et de comment.»

L'expert répond à tous les arguments par une contre-proposition ou des règles qui doivent être appliquées lorsque les chiens entrent au bureau. Réactions allergiques? Compartiments séparés pour les chiens. Hygiène, propreté et aboiements? Les chiens sales ou qui aboient ne sont pas autorisés. Trop de chiens sur le lieu de travail? Il faut définir combien de chiens sont autorisés par étage et par jour.

Un propriétaire qui ne veut pas de chiens? «Il se tire une balle dans le pied. Les entreprises réduisent actuellement les surfaces louées parce que leurs employés ne viennent plus au bureau. Les bailleurs ont donc tout intérêt à garder leurs locataires commerciaux. Et comme les employés viennent au bureau lorsqu'ils peuvent emmener leur animal à quatre pattes, la boucle est bouclée, également pour les bailleurs.»

Selon Markus Beyer, la raison la plus importante et la plus déterminante est toutefois évidente: la fidélisation des collaborateurs. «Celui qui peut amener son chien en parle à ses amis. L'employé vient volontiers au bureau, et sur place, l'ambiance est meilleure.»

Règles de coopération entre bipèdes et quadrupèdes

Lorsque l'on emmène un chien au bureau, il faut veiller à préserver les intérêts de toutes les parties. 

Les intérêts de l'entreprise: les collaborateurs doivent pouvoir faire leur travail. Les chiens qui ne peuvent pas se tenir tranquilles et qui aboient ne sont pas autorisés au bureau. Cela implique également qu'il n'y ait pas trop de chiens à un même étage, car cela crée de l'agitation. Il convient de définir combien de chiens sont présents chaque jour par étage.

Les intérêts des employés: les personnes qui n'aiment pas les chiens ou qui y sont allergiques ont besoin de parties de bureau où les chiens sont interdits. Un ascenseur peut accepter les chiens et un autre non. La laisse est obligatoire dans les couloirs et les escaliers. 

Les intérêts du chien: les chiens ont besoin de tranquillité. Il faut donc veiller à ce qu'ils disposent d'un endroit où se retirer en toute sécurité et ne pas leur donner à manger ou les caresser sans qu'ils le demandent.

Ceux qui ne respectent pas les règles se verront retirer unilatéralement l'autorisation de venir au bureau avec leur compagnon à quatre pattes. Les propriétaires sont tenus de se mettre d'accord entre eux pour savoir qui amène son chien au bureau et à quel moment.

Tina Fischer
Tina Fischer