Un visage régulier, des cheveux abondants, de grands yeux. La plupart des gens perçoivent ces caractéristiques extérieures comme attrayantes. Il suffit de regarder autour de soi dans les sphères dirigeantes pour s'en rendre compte: ceux qui réussissent ne sont pas toujours, mais souvent aussi, les plus beaux.

Ce n'est pas un hasard. La recherche s’intéresse au lien entre attractivité et réussite professionnelle depuis les années 1980. Les études ont non seulement pu prouver que, selon les normes courantes, les personnes belles sont considérées comme plus aptes et plus compétentes pour un emploi, mais aussi qu'elles bénéficient d'un meilleur salaire et peuvent plus facilement conserver leur emploi en cas de vagues de licenciements.

également interessant
 
 
 
 
 
 

L'attractivité peut même faire pencher la balance lors de la sélection de deux candidats aux compétences similaires. Le sociologue Roman Althans a résumé ce que l'on appelle le «pretty privilege» de la manière suivante pour Business Insider: «En moyenne, les personnes séduisantes ont la vie plus facile au travail. Et ceci, à chaque étape de leur carrière.»

La beauté est assimilée à des traits de caractère positifs

La raison pour laquelle les personnes séduisantes sont plutôt privilégiées résiderait dans l'association positive de la beauté: «L'attractivité est inconsciemment associée à des traits de caractère tels que la performance, l'intelligence et la compétence. Ce sont des qualités qui revêtent une importance particulière au travail», explique Roman Althans.

La beauté et le succès ne se conditionnent pas seulement l'un l'autre, mais se renforcent aussi mutuellement. D'abord parce que les personnes «normalement belles» ont moins besoin de se faire aider pour paraître encore plus séduisantes. Et parce que, deuxièmement, il en va de la beauté comme de la santé: les personnes aisées profitent en moyenne de plus d'années de vie en bonne santé que les pauvres, notamment parce qu'elles disposent des connaissances adéquates, mais aussi de l'argent nécessaire pour se nourrir sainement. Les personnes qui ont du succès disposent en moyenne de plus de ressources pour donner un coup de pouce supplémentaire à leur attractivité par le biais du sport, de l'habillement ou du botox.

Mais qu'est-ce que cela signifie pour les individus d'apparence «moyenne» selon les normes courantes? L'apparence est difficile à influencer. La chirurgie esthétique est certes une possibilité, mais elle n'apporte pas grand-chose selon Roman Althans: «La chirurgie esthétique n'augmente pas l'attractivité de manière déterminante. Il en va d'ailleurs de même pour le maquillage.» Un homme de petite taille aux épaules étroites peut difficilement tricher. Mais un élément demeure incontestable: la personne qui subit une intervention, se maquille ou s'entraîne de manière ciblée se sent mieux. Sa confiance en elle augmente. Et les personnes sûres d'elles sont également considérées comme séduisantes.

Ce qui compte, c'est le rayonnement

Selon Ursula Bergundthal, experte en ressources humaines indépendante et directrice de Solution Advisors (ZH), le facteur décisif n'est pas la beauté, mais le rayonnement. Elle connaît le privilège des beaux dans sa vie quotidienne, mais n'accepte pas que la beauté repose uniquement sur les traits objectifs du visage: «L'effet que nous produisons dépend de trois éléments: l'apparence, l'habillement et la sympathie.»

Elle poursuit: «Le plus important est le rayonnement. Celui qui se sent bien rayonne de confiance en soi.» Bien sûr, les personnes séduisantes auraient déjà un avantage parce qu'elles disposent d'une bonne apparence. Si elles complètent leur attractivité par un sourire, on ne peut pas leur échapper. Il y a même un effet d'écho: les personnes belles ont en moyenne une plus grande confiance en elles, ce qui a un effet positif sur leur travail et leur environnement. Il se peut toutefois que des personnes séduisantes soient conscientes de leur beauté et se montrent arrogantes, mais elles perdent alors des points de sympathie, selon l'experte.

Il existe plusieurs mesures pour lutter contre le «pretty privilege». L'une d'entre elles, connue surtout aux Etats-Unis, consiste à postuler sans photo. Dans notre pays, il est encore courant d'envoyer une photo, ce qui a des avantages, mais aussi des inconvénients. «L'image a une influence, explique l'experte, mais toute personne peut se faire photographier de manière professionnelle.» Les règles sont les suivantes: regarder directement l'appareil, avoir une apparence soignée, être légèrement maquillée si l'on est une femme et sourire. Tout cela renvoie une impression de sympathie et de compétence. En revanche, si l'on ne possède que des mauvaises photos de soi, il vaut mieux laisser tomber. «Des photos de mauvaise qualité, sur lesquelles on est peu à son avantage, laissent à l'autre la place pour un jugement inconscient.»

Quand la beauté devient problématique

La beauté recèle toutefois aussi des zones d'ombre. Alors qu'elle est en premier lieu avantageuse pour un bel homme, l'attractivité peut présenter des inconvénients pour une femme. «Dans le quotidien professionnel, la beauté est à double tranchant, surtout pour les femmes», explique Ursula Bergundthal.

Le risque existe que les supérieurs ne voient plus que la femme au lieu de son potentiel. Ce ne sont pas ses compétences qui sont mises en avant, mais sa beauté. En outre, quelque chose d'encore plus difficile et de plus subtil se produit: de nombreux hommes ont du mal avec les belles femmes, ce qui peut à son tour rendre la collaboration potentiellement plus difficile. «Les femmes devraient donc faire attention à leur apparence.» Car la perception passe rapidement du contexte professionnel à la féminité. 

C'est pourquoi Ursula Bergundthal recommande justement à ses clientes de faire attention à leur apparence: soignée, mais habillée de manière plutôt classique, avec moins de maquillage dans l'environnement professionnel. Car si l'on adopte un style typiquement féminin, on est aussi plus facilement associé à des caractéristiques féminines. Cela peut à son tour influencer la mesure dans laquelle une personne est prise en considération pour une promotion. Ces évaluations se font généralement de manière totalement inconsciente.

En fin de compte, il faut savoir que l'attractivité n'est qu'un des nombreux attributs qui comptent dans la vie professionnelle. L'intelligence, un contact agréable avec les autres, des performances solides, la confiance en soi et un réseau professionnel solide sont d'autres éléments. Enfin, la beauté est également relative et perçue de manière très différente selon les personnes.

Cet article est une adaptation d'une publication parue dans la Handelszeitung.

Tina Fischer
Tina Fischer