Une PME se targuant d’innover dans son coin est une menteuse. Toutes les autres savent que l’innovation impose le développement d’un écosystème et de réseaux propices à réfléchir en dehors du schéma classique de l’entrepreneuriat. Une démarche avant tout collective. Philipp Schweizer en est pleinement conscient. Le géographe de formation a cofondé et dirige Idée 21. Cette société coopérative romande spécialisée dans l’intelligence collective accompagne et conseille d’autres entreprises et institutions dans leur transition vers des modes de vie et des pratiques institutionnelles durables et participatifs. La stratégie d’entreprise prévoit la mise en place d’un pôle interne d’innovation.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Encore faut-il matérialiser cette vision. C’est là que le bât blesse: «Au sein d’Idée 21, nous avons l’ambition de traduire cette vision dans des produits et des projets auxquels toute l’équipe adhère. La motivation, l’énergie et nos idées ne suffisaient pas pour dépasser le stade des hypothèses», confesse Philipp Schweizer. En effet, la difficulté consiste à dégager le temps nécessaire à la réflexion et à l’action dans un quotidien entrepreneurial chargé: «Nous avions besoin d’une retraite et d’un accompagnement externe pour nous faciliter la tâche et nous cadrer.»

Première volée cet automne en Suisse romande

Il y a quelques mois, Idée 21 s’inscrit pour participer aux ateliers d’innovation proposés par le Forum Mobilière. Depuis 2014, la compagnie d’assurances organise en effet des accompagnements pratiques destinés aux PME, start-up, ONG, institutions et hautes écoles suisses afin de matérialiser leurs projets d’innovation; qu’il s’agisse d’idées de produits ou de services. Pendant deux jours et demi, les collaborateurs sont ainsi encadrés par des spécialistes. Ensemble, ils travaillent sur une problématique propre à l’entreprise. A l’issue de l’atelier, des prototypes, une feuille de route, une stratégie voient le jour, prêts à être concrétisés à l’interne.

Argument de taille: le Forum Mobilière est un engagement sociétal de La Mobilière. Les ateliers sont donc gratuits. Outre-Sarine, la compagnie d’assurances a d’ores et déjà accompagné plus de 200 entreprises dans différents secteurs d’activité; de l’industrie aux nouvelles technologies en passant par des institutions et des coopératives. Depuis cette année, la plateforme d’innovation de l’assureur s’ouvre à la Suisse romande. Le vendredi 8 octobre à Lausanne, Idee 21 était ainsi la deuxième participante romande de cette session d’automne. Dans l’écrin d’une salle monumentale du Musée des beaux-arts, l’atmosphère est studieuse. La dizaine de collaborateurs échangent, définissent, décident, remettent en question.

En arrière-plan, le formateur Sébastien Niclasse analyse en silence la progression des échanges et cadre si besoin. Ce coach en innovation au sein de la PME INNOArchitects se considère comme un facilitateur: «Le Forum Mobilière est là pour amorcer le changement au sein d’une entreprise, explique-t-il. Nous construisons les fondations et lui donnons les clés pour mener ensuite cette mue à l’interne. Ce processus peut prendre des mois, mais l’entreprise se sent armée.» Dans la salle, une vingtaine de panneaux d’affichage sont recouverts de post-it multicolores, de schémas, de ratures…

Le Forum Mobilière adopte la méthode du design thinking, soit une approche centrée sur l’utilisateur. A l’image d’une boîte à outils, l’entreprise emporte chez elle des solutions concrètes pour faire face aux grains de sable qui pourraient se glisser dans son processus d’innovation ou une problématique qui lui est propre: «Cet accompagnement sur mesure nous permet de soutenir davantage l’entreprise dans l’innovation. Comme chaque entreprise est unique, chaque atelier aborde une problématique différente.»

Manque de ressources financière 

Mafalda Lachat est la responsable romande de l’engagement sociétal de La Mobilière: «En 2014, nous nous sommes interrogés sur les manières possibles de soutenir l’économie suisse et ses entreprises de façon simple, à travers un concept transposable dans divers secteurs d’activité.» La plateforme d’innovation voit ainsi le jour avec cette opportunité pour l’entreprise participante de travailler sur un problème qui lui est propre: «Au fil de leur processus d’innovation, les PME se retrouvent souvent dans une situation difficile, voire dans une impasse, constate Mafalda Lachat. Les petites entreprises n’ont parfois pas les ressources financières et le temps pour faire appel à des professionnels externes qui les aident. Nous leur donnons donc ce coup de pouce.»

Toutes les entreprises romandes de 20 collaborateurs et plus, peu importe le secteur d’activité, peuvent postuler pour le Forum Mobilière. Il n’y a pas de présélection. Concrètement, la PME adresse une demande. Ensuite, «nous contactons l’entreprise. Le premier entretien se fait par téléphone pour mieux comprendre l’entreprise et ses besoins, explique Mafalda Lachat. Si nous pouvons l’aider, nous agendons un atelier.» Dans un deuxième temps, un entretien a lieu à l’interne de l’entreprise. Il vise à définir et comprendre dans le détail la problématique sur laquelle l’entreprise va travailler. Au Musée des beaux-arts de Lausanne, Idée 21 arrive au terme de son atelier. Philipp Schweizer a le sourire confiant, avec la conviction d’avoir pu avancer. L’avenir le lui dira.

>> Plus sur mobiliere.ch