Aller au contenu principal
Maximilian Boosfeld (au centre), Basil Weibel et Elias Kleimann. Leurs drones sont utilisés dans 71 pays. © M.Kluka/ Start-up

Wingtra: l’arpenteur volant

Rang 2/ Le fabricant de drones zurichois conquiert son marché par les airs.

Le drone développé par Wingtra est un hybride entre l’hélicoptère et l’avion: il décolle verticalement comme un hélicoptère, puis s’incline horizontalement lorsqu’il prend de l’altitude et continue à voler comme un avion. Cela permet à cet appareil unique – surtout quand on le compare aux drones traditionnels à quatre hélices – d’être beaucoup plus rapide, et d’avoir une autonomie plus importante.

Equipé de caméras haute résolution, ce drone révolutionne la technologie actuellement disponible sur le marché. Une merveilleuse machine volante qui fournit en effet des images d’une qualité et d’une précision inégalées. «Même de haute altitude, on peut voir avec netteté une pièce de monnaie posée sur le sol, et on peut la localiser avec une précision allant jusqu’à un centimètre», assure Elias Kleimann, directeur financier de la start-up.

Plus de 1000 drones en service

Les principaux avantages de ce drone – portée et vitesse – se révèlent un très grand avantage lors de la mesure de grandes surfaces. L’exercice se fait beaucoup plus rapidement qu’avec les méthodes traditionnelles basées au sol. Le système de Wingtra comprend en outre un logiciel qui permet à chaque pilote de contrôler facilement le drone depuis le sol à l’aide d’une simple tablette. Pour cela, aucune longue formation n’est nécessaire. L’utilisateur a son brevet de pilote dans sa poche après une heure de cours.

Comme de nombreuses start-up suisses fabricant des drones, la jeune pousse est issue du Laboratoire des systèmes autonomes de l’Institut de robotique et de systèmes intelligents de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich. Dans cet institut, l’actuel directeur général de Wingtra, Maximilian Boosfeld, et le responsable du développement, Basil Weibel, bricolaient déjà des robots volants pendant leurs études de génie mécanique. En 2016, ils ont lancé Wingtra, spin-off de l’école polytechnique. Un an plus tard, ils ont vendu leur premier drone produit en série. Depuis, les choses se sont accélérées, et les ventes ont dépassé le millier d’unités. Dans sa version la moins chère, l’appareil coûte environ 20 000 francs. «C’est un prix que même un petit bureau d’études peut se permettre», estime Elias Kleimann.

Les drones de Wingtra sont aujourd’hui utilisés dans 71 pays, sur tous les continents et dans tous les secteurs: l’exploitation minière, la construction, la recherche, l’agriculture, l’aménagement du territoire, l’urbanisme. Chaque fois qu’il faut mesurer de grandes surfaces et évaluer leur état selon des critères spécifiques, tels que l’humidité du sol, l’infestation de parasites ou encore les besoins en engrais, les appareils de Wingtra sont la solution.

Le drone fournit aux compagnies minières des modèles tridimensionnels du site de la mine. Les autorités environnementales en Australie et en Afrique surveillent par ce biais les parcs nationaux et peuvent ainsi dénombrer la faune. Des chercheurs en Alaska utilisent sa caméra pour observer la fonte des glaciers. Et grâce à une application récemment développée pour la surveillance des «corridors», le drone peut également inspecter les routes, les lignes de chemin de fer et les pipelines.

Jusqu’à 5000 mètres d’altitude

Le potentiel de développement du drone, dont les données sont compatibles avec la plupart des logiciels de photogrammétrie, est constamment élargi par l’équipe de développement. La start-up a également fait des progrès rapides en termes de commercialisation. Maximilian Boosfeld et son équipe se sont fixé des objectifs ambitieux. «Avec notre produit, nous visons le leadership du marché mondial dans le domaine de l’arpentage de grandes surfaces», explique le CEO. Malgré un démarrage réussi, la jeune pousse est cependant encore loin d’avoir atteint cet objectif. «Mais notre croissance est nettement plus rapide que celle du marché», assure Maximilian Boosfeld.

Afin de financer sa croissance, Wingtra a conclu un tour de table de 10 millions de francs en mai 2019. Au total, la start-up a déjà levé environ 20 millions de francs en capital-risque. Parallèlement, ces douze derniers mois, grâce à la vente des drones, une somme de plusieurs millions de francs a renfloué les caisses. Cet argent sera principalement utilisé pour accélérer l’expansion commerciale et financer le développement des drones.

«Avec l’aide de nos clients, nous avons notablement amélioré notre produit ces douze derniers mois», explique Elias Kleimann. Par exemple, le fonctionnement du drone a pu être amélioré grâce à des hélices spéciales qui lui permettent désormais de voler à une altitude allant jusqu’à 5000 mètres. En outre, grâce à une nouvelle caméra multi-spectre incluant des capteurs de chaleur, le drone a encore élargi son champ d’application dans l’agriculture. Bref, à l’heure actuelle, impossible de dire quand l’ascension de cette jeune pousse zurichoise va s’arrêter.


Wingtra, Zurich

  • Secteur: Drones
  • Fondation: 2016
  • Employés: 80
  • www.wingtra.com

>> LIRE AUSSI:

Rang 1/Cutiss: une nouvelle peau pour une vie normale
Rang 3/Piavita: au grand galop
Rang 4/Exeon Analytics: un chien de garde numérique
Rang5/Versantis: un espoir pour soigner les hépatites
Rangs 6 à 10: 9T Labs, Gamaya, Resitell, CREAL, Insolight

>> Pdf des rangs 11 à 54 et 55 à 100

>> Lire aussi: Tiercé gagnant et "J'entends jouer en première division"