Les bactéries multirésistantes constituent une menace croissante pour la santé humaine. On estime que chaque année, quelque 700 000 personnes décèdent parce que les antibiotiques courants ne leur font plus d’effet. En cause, un recours inadéquat et trop fréquent à ces médicaments qui naît souvent d’une erreur de diagnostic. En général, il faut à peu près une semaine pour déterminer la résistance d’un agent pathogène. Le processus peut certes être accéléré mais même en cas d’urgence avec empoisonnement du sang, il faut quand même compter 48 heures.

Actuellement, les médecins travaillent avec quelques rares antibiotiques à large spectre très efficaces. «Mais avec eux, le risque augmente que d’autres germes développent des résistances», explique Danuta Cichocka, fondatrice et CEO de la start-up medtech Resistell.

Aussi, avec son équipe, a-t-elle a développé un test de sensibilité antimicrobien (AST) qui détecte les résistances presque en temps réel. La bactérie trouvée chez un patient est mise en contact avec un antibiotique spécifique et placée sur un senseur nanomécanique. Celui-ci mesure la vibration qui distingue la biomasse vivante de la morte. Moins les agents pathogènes vibrent, plus l’antibiotique testé est efficace. «Les médecins sont alors en mesure de délivrer très rapidement des médicaments spécifiques», ajoute la Polonaise d’origine.

A fin mai, les tests cliniques ont démarré. Plusieurs appareils de diagnostic de Resistell sont déjà en service au CHUV, à Lausanne. Les premiers produits destinés à la recherche devraient être mis sur le marché cet automne et, à mi-2022, l’autorisation pour un usage clinique devrait être délivrée.

La patronne de la start-up bâloise est convaincue que le marché accueillera bien ce nouvel outil de diagnostic. La pandémie actuelle justifie son optimisme, sachant que des millions de patients ont dû être intubés et traités préventivement avec des antibiotiques à large spectre. De sorte que la prise de conscience du problème a encore augmenté parmi les médecins et dans les hôpitaux. «Pour nous, c’est le bon moment», conclut-elle.


Resistell, Muttenz (BL)

  • Secteur: Medtech
  • Fondation: 2018
  • Employés: 20
  • Contact: www.resistell.com

>> Lire aussi: